where can i get nolvadex and clomid levitra online siparis kamagra for cheap il viagra della mente
Humour et caricature Abidjan

Ces impairs que nous commettons à un repas de fête…

Voici les fêtes. Loin de moi l’idée de m’ériger expert ès bienséance, mais il faut reconnaître que lors des repas de fête, nous avons tendance à laisser aux vestiaires certaines règles élémentaires. Voici 7 petites observations de rien du tout qui, à défaut de vous amuser, donnent à réfléchir.

  1. Le coup de trop

Inutile de vous le rappeler : « l’abus d’alcool nuit gravement à la santé». Face à l’ivresse, nous ne sommes pas égaux. C’est pendant les fêtes ou les soirées entre proches que les excès sont légion. L’ambiance joyeuse générale ou au contraire la timidité quand on ne connaît pas grand monde peuvent pousser à se servir généreusement. Cependant :

– Vous ne profiterez pas de la soirée car trop éméché(e)

– Vous ne pourrez pas empêcher le sol de tanguer, à défaut de rire une octave au- dessus de la moyenne ;

– Comble du mauvais goût, vous vomissez en pleine assemblée.

  1. Quand votre assiette rivalise avec le mont- Cameroun…

On le sait, vous avez (plus ou moins) suivi la cure de détox que vous a proposée notre CM afin de faire bombance, le moment venu. Cependant, pas la peine de faire ce monticule dans votre assiette ! Car :

  • Oui, les mets sont délicats et savoureux. Ce n’est pourtant pas une raison pour faire des réserves en prévision de la janviose ;
  • Avoir des yeux plus gros que son ventre est très mal vu et le quolibet n’est jamais loin. (si, si)

Laissez que vôtre hôte(sse) insiste, afin de prouver que le repas est une réussite. Notez que généralement, on se lave les mains avant de passer à table et on ne lèche pas son assiette… sauf si les hôtes le font eux-mêmes !

  1. Quand la bouche devient le camion de transport…

Prenez le temps de mâcher. C’est indispensable pour une bonne digestion. Parler la bouche pleine, c’est :

  • S’empresser de prendre la parole, alors que rien ne presse ;
  • Risquer de projeter de la nourriture sur vos voisins de table en postillonnant
  • Rendre vos propos inintelligibles.
  • Passer pour un rustre, ou un enfant (non, on ne dit pas que les enfants sont des rustres, simplement qu’ils sont en pleine éducation, c’est différent !).
  1. L’éternel piège de l’apéro.

Vous n’avez pas fait diète pour vous affamer avant même le début des hostilités ! Un verre suffit largement, même s’il fait très chaud en cette saison. Entre les divers canapés et cacahuètes, vous aurez encore soif. Alors, au moment de passer à table… vous aurez l’appétit complètement coupé.

  1. Et si jamais on vous propose un café…

Optez pour le miel ou le sucre de canne, meilleurs pour la santé. Après un repas chargé, le dessert et la mignardise glissée près de votre tasse, le carré de sucre que vous jouez à faire fondre en canard n’est vraiment pas nécessaire. Pensez à votre santé.

  1. Oublier de boire… de l’eau !

La coutume impose aux maîtres de maison de placer au moins deux verres devant chaque invité. Cette disposition est indispensable pour un repas arrosé de vin :

  • Le vin ne sert qu’à la dégustation et au mariage avec des mets.
  • L’eau étanche la soif, adoucit les aliments secs, pimentés et nettoie le palet en prévision d’un changement de plat.

Si vous faites l’impasse sur la carafe d’eau à table, vos invités consommeront davantage d’alcool, mais pas pour les bonnes raisons !

  1. Ne pas finir son assiette

Il n’existe rien de plus énervant qu’un invité qui refuse d’achever son assiette ou même d’y toucher.

  • D’une part, l’excuse du régime n’est pas très sérieuse lors d’un repas de fête ! Il fallait avertir avant d’être servi, ou rester chez vous.
  • D’autre part, le cuisinier (un peu susceptible) qui se demandera si vous n’aimez pas tout simplement ce qu’il s’est échiné à préparer.

En général, il convient de ne pas trop se servir ou d’achever son assiette sans rechigner.

Bon appétit, tout de même.

Comments



There are no comments

Add yours

What moves you?